Une des traces ADN relevées sur des scellés de l'affaire Omar Raddad pourrait correspondre à une empreinte génétique enregistrée dans le fichier national automatisé des empreintes génériques. Le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre évoque "un soupçon" devant encore être confirmé scientifiquement.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés