Lors de ce second débat de la primaire de gauche, Manuel Valls et Benoît Hamon se sont opposés. L'un représente la force du pouvoir, l'autre possède le programme de gauche le plus susceptible de séduire. Vincent Peillon, se pose lui, en outsider. Il n'a pas hésité à charger l'ex-Premier ministre.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés