Vidéo associée: 

Publié le 26/10/2017

Journée de vote agitée au Kenya

Corps: 

Dans plusieurs villes du pays, comme à Kisumu, la police a du tirer des grenades de gaz lacrymogène pour disperser la foule de partisans du candidat Raila Odinga, hostiles à cette élection.

A la mi-journée, le bilan de ces violences était d'un mort.

Le premier scrutin présidentiel du 8 août avait été invalidé pour irrégularités. Ce deuxième vote est boycotté par l'opposition, dont certains militants n'ont pas hésité à bloquer et à faire fermer certains bureaux de vote.

Et dans les circonscriptions ouvertes, l'enthousiasme n'était pas de la partie. Depuis cet été la crise politique s'est installée, et au moins 40 personnes ont été tuées, la plupart dans la répression brutale des manifestations par la police.

Sans participation de l'opposition, ce scrutin devrait voir la réélection d'Uhuru Kenyatta, le président sortant.

Les observateurs, eux, sont moins nombreux sur le terrain, en raison de la crainte des violences.

Peter Njoroge carrying his grandfather to a polling station in Bahati, Nakuru #KenyaElections #Kivumbi2017 Une publication partagée par Standard Digital (@standardkenya) le 26 Oct. 2017 à 1h32 PDT

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet