L'actuelle ministre de l'Education belge, qui était auparavant ministre de l'Intérieur, s'insurge contre les critiques qu'essuie son gouvernement alors que la commune bruxelloise de Molenbeek est au coeur de l'attention depuis les attentats du vendredi 13 novembre à Paris. "Je trouve très indécent ce qu'il se passe", regrette. Joëlle Milquet. "Je trouve un peu facile pour certains, pas les autorités officielles, de venir avec beaucoup d'arrogance donner des leçons", développe-t-elle avant de répliquer que l'auteur présumé de la tuerie du Musée juif de Bruxelles est français. Elle rappelle enfin que les problèmes de radicalisation touchent également l'Allemagne, la Suède ou encore le Royaume-Uni.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés