Sa vie fut d'un digne d'un polar. Licio Gelli, l'un des personnages les plus troubles de l'Italie contemporaine, s'est éteint. Son nom restera à jamais associé à l'obscure P2 (Propaganda Due), une loge maçonnique, soupçonnée d'avoir cherché à transformer l'Italie en un Etat autoritaire. En 1981, la police retrouva chez lui une liste de 962 noms : hommes politiques, magistrats, financiers, militaires ou journalistes qui seront poursuivis pour conspiration politique, avant d'être blanchis quelques années plus tard.

Le nom de Licio Gelli se retrouve aussi dans un certain de nombre de scandales de corruption qui ont marqué l'Italie au cours des trente dernières années, et qui lui ont valu des condamnations à la prison ferme.

Il était depuis plusieurs années en liberté surveillée dans sa villa en Toscane. Il y est mort à l'âge de 96 ans, emportant avec lui ses mystères.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés