La musique peut-elle être un acte de résistance ? L'une des figures de la musique classique au Moyen-Orient y croit dur comme fer. Karim Wasfi, ancien chef de l'orchestre symphonique d'Irak, a connu un écho international en jouant du violoncelle dans les rues de Bagdad en 2015. Il fait désormais voyager sa musique à Mossoul, ancienne capitale de l'organisation État islamique (EI). Il nous en dit plus sur le message qu'il souhaite véhiculer à travers ses performances.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés