Mardi 4 septembre, Edouard Philippe met fin au suspense et annonce que l'impôt à la source sera bien mis en place après plusieurs jours de doute. Une annonce qui en a surpris plus d'un et notamment Alain Minc, convaincu qu'Emmanuel Macron prendrait la décision inverse, selon le JDD. "La veille au soir, Macron avait opté pour l'arrêt de la réforme. Mais Philippe et Darmanin en avaient fait une affaire personnelle et il n'a pas voulu prendre le risque d'un affrontement avec eux dans la foulée de la démission de Nicolas Hulot. C'est la première cicatrice dans la relation Philippe-Macron", analyse l'économiste auprès d'un ténor de la droite rapporte le JDD. Une grande déception pour Alain Minc qui était allé jusqu'à faire des SMS au chef de l'Etat et à plusieurs personnalités politiques pour plaider son opposition à la mise en place de l'impôt à la source, mode de communication auquel il était jusqu'ici réfractaire. Des efforts du "semeur de doutes" du président qui ont été vains puisqu'Emmanuel Macron n'écoutera pas ses mises en garde qu'il n'avait pas cachées au ministre de l'Action et des Comptes publics. "Il y a une liste incommensurable de batailles que j'ai perdues avec Emmanuel Macron; le prélèvement à la source est seulement l'une d'entre elles !", commente Alain Minc dans le JDD.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés