Michael Flynn, l'ex-conseiller de Donald Trump qui avait dû démissionner le 13 février après la révélation de contacts répétés avec l'ambassadeur russe avant sa prise de fonctions, est d'accord pour témoigner devant le FBI et le Sénat de ses liens avec la Russie, mais à la condition d'obtenir l'immunité. Les autres élus ne semblent pas pressés de la lui accorder. Flynn n'affirmait-il pas lui-même, il y a quelques mois, que quand on demande l'immunité, c'est qu'on a quelque chose à se reprocher ?

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés