La déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme, annoncée par François Hollande trois jours après les attentats de Paris, avait ravi l'opposition et laissé sans réaction à gauche. Plus d'un mois après son discours devant le Congrès, le chef de l'Etat, critiqué par sa majorité, devrait y renoncer dans le projet de réforme constitutionnelle présenté ce mercredi.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés