Angela Merkel et François Hollande, chacun une rose dans la main, ont rendu hommage aux victimes des attentats de Paris. En ce qui concerne le front commun militaire, la tâche s'annonce difficile pour le chef de l'État. Il s'agit de "deux traditions de défense antagonistes", affirme notre envoyé spécial, Yannick Mahé.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés