Pour Yves Weisselberger, président de la fédératino française de transport de personnes sur réservation, "les taxis font régner une sorte de terreur". Il ajoute que le conflit ne pourra se régler qu'avec l'acceptation du "changement technologique qui est à l'oeuvre".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés