Les bureaux de vote ont ouvert ce dimanche matin (6h heure française) en Grèce en vue du référendum en faveur ou non du plan proposé par les créanciers. Notre envoyé spécial à Athènes Yannick Mahé fait le point sur la situation et déclare que l'avis est toujours aussi partagé, entre les partisans du oui et du vote sanction contre Tsipras, et le non, symbole de la résistance à l'austérité.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés