Le Parlement grec a adopté une série de mesures réclamées par les créanciers pour débloquer une tranche d'aide financière de deux milliards d'euros. La plus controversée concerne les saisies immobilières. Seul un quart des propriétaires incapables de rembourser leurs emprunts resteront protégés. Deux députés de la coalition ont refusé de voter le texte.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés