"On est venus regarder, on est venus observer, on est venus comprendre." C'est par ces mots que Gérard Depardieu explique les raisons de son voyage en Corée du Nord qui fait la Une de Paris Match. "La Corée du Nord, c'est un pays culte parce que tout le monde s'y intéresse sans jamais vraiment le connaître. Et Gérard, c'est la même chose, tout le monde s'y intéresse, parce qu'il est très célèbre sans jamais vraiment le connaître", analyse Yann Moix qui a invité le célèbre comédien à venir assister avec lui au 70e anniversaire de la création de la République populaire démocratique de Corée. L'occasion d'attirer l'attention de Kim Jong Un. "Il ne nous a pas reçus en tête-à-tête, mais à un moment donné Gérard a ôté son panama, a envoyé un regard à Kim Jong Un. Et le grand leader a vu Gérard et lui a adressé un signe, qui voulait dire j'ai bien noté que vous étiez là", se souvient Yann Moix dans Paris Match. "Il se comporte à Pyongyang comme on se comporterait à Châteauroux. Il fait copain avec tout le monde. Il fait rire tout le monde", explique-t-il à propos du comédien qualifié par leur guide de "typhon qui semait de la joie", même s'il se déplaçait par moments en fauteuil roulant pour des douleurs au genou. En témoigne une anecdote étonnante. Quand Gérard Depardieu a voulu donner 50 euros à leur guide, celui-ci s'est vexé. "Ces 50 euros ne sont pas pour toi. C'est pour ta femme et ton fils, pour qu'elle supporte un con comme tu es", aurait alors répondu Gérard Depardieu. Une petite phrase évidemment suivie d'un éclat de rire. Selon Yann Moix, les autorités locales auraient présenté leurs excuses à Gérard Depardieu, car elles ne l'auraient pas reçu aussi bien qu'elles auraient pu.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés