"Il s'avère en revanche que les actes décidés par le juge d'instruction de Marseille, ont en aucun cas, était porté à la connaissance du ministère de la Justice" a déclaré le Premier ministre à l'Assemblée nationale à la suite de la décision de la juge d'instruction de géolocaliser les téléphones utilisés par Nicolas Sarkozy.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés