Quel rôle a joué Heineken lors du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994 ?

Une partie de la réponse à cette question se trouve dans l'ouvrage "Heineken en Afrique" sorti en France jeudi et qui dénonce les méthodes de la multinationale sur le continent africain.

Dans ce livre dont Mediapart a publié les bonnes feuilles dans un article , le journaliste néerlandais Olivier van Beemen consacre notamment un chapitre sur les activités de la firme au Rwanda où elle possède une filiale du nom de Bralirwa.

En 1994, alors que le génocide des Tutsi éclate et que les cadavres des 800 000 victimes commencent à joncher le sol, Heineken continue la production de bière. Elle sera utilisée par les génocidaires pour motiver les tueurs pendant les trois mois que dureront les massacres.

Suspendre la production ? Impensable pour le groupe comme le rappelle le journaliste dans son livre en citant la déclaration d'une porte-parole de Heineken datant de l'époque : " Tant qu'il y a de la demande et que nous pouvons produire, ça ne me semble pas à l'ordre du jour " .

Une source interne à la firme confirme à l'écrivain que jusqu'à la fin du génocide, Bralirwa restera fidèle aux autorités rwandaises. " En ce temps-là, nous appelions Bralirwa le grand frère du gouvernement. Même pendant le génocide, ils continuèrent à payer des impôts. Si Heineken avait fermé la brasserie, les tueurs auraient essuyé un revers. Ça n'aurait pas fait cesser les meurtres, mais l'entreprise aurait pu avoir une influence. "

Contacté par euronews, Heineken nie les accusations et parle " d'allégations extrêmement graves et inacceptables ". La firme précise qu'elle n'a joué aucun rôle dans ce qu'elle nomme "le génocide rwandais" .

L'intégralité du communiqué de presse en français est à lire ci-dessous :

Juste avant que l'édition néerlandaise ne parte à l'impression, Heineken avait plaidé auprès du journaliste pour une perte de contrôle de la brasserie tombée au mains des extrémistes : " Nous maintenons qu'à l'époque du génocide, en raison de la grande panique et du chaos régnant dans le pays et la région, la brasserie de Gissenyi n'était pas sous le contrôle de Heineken. "

La firme avait à ce moment-là néanmoins concédé au journaliste que pendant le génocide "deux membres de la direction de Bralirwa se trouvaient à Goma, juste de l'autre côté de la frontière (au Zaïre, aujourd'hui la République démocratique du Congo, NDLR) , et qu'il y avait un contact avec la brasserie."

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés