Deux mois après l'officialisation de son union avec Alstom, le géant américain a confirmé qu'il allait supprimer 6.500 emplois en Europe dont 765 en France. Les sièges de Levallois et la Défense sont concernés mais pas celui de Belfort.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés