Vidéo associée: 

Publié le 05/01/2018

Fureur au Pérou : l'ex-président Fujimori gracié après une combine

Corps: 

"Avec mon papa !", a tweeté Kenji Fujimori , le fils cadet de l'ancien président du Pérou, Alberto Fujimori , dès que ce dernier est sorti libre, la nuit dernière, d'une clinique de Lima où il était hospitalisé depuis le 23 décembre dernier. Joie compréhensible puisque le patriarche du clan Fujimori est totalement libre, après avoir passé 12 ans en prison au lieu des 25 auxquels il avait été condamné pour crimes contre l'humanité et corruption. L'ex-chef de l'Etat péruvien a été gracié par l'actuel président Pedro Pablo Kuczynski , ce qui provoque une tempête politique dans le pays.

La photo de Kenji Fujimori avec son père, postée sur Twitter :

Le geste de "PPK", comme on appelle familièrement le président, se veut humanitaire - Alberto Fujimori, d'origine japonaise, âgé de 79 ans, a longuement souffert d'un cancer et a maintenant de graves problèmes cardiaques - mais les Péruviens, dans leur ensemble, ne sont pas dupes. "PPK" avait pourtant promis de ne pas libérer l'ancien président si controversé. Seulement voilà, le très puissant parti politique fondé par Fujimori a sauvé la tête de Pedro Pablo Kuczynski. C'était le 21 décembre, et comme par hasard, la grâce est arrivée le 24.

Rappelons que le 21 décembre donc, l'actuel chef de l'Etat a frôlé la destitution lors d'un vote au Parlement. Dix députés de Fuerza Popular , le mouvement de Fujimori, le fils Kenji en premier lieu, se sont abstenus afin d'empêcher l'opposition péruvienne de gagner les voix nécessaires pour renverser "PPK". La récompense n'a pas tardé et la famille Fujimori, déjà très habile, peut ainsi renforcer son influence au plus haut sommet de l'Etat.

La première fois qu'Alberto Fujimori a fait parler de lui au Pérou, c'est quand, alors simple ingénieur, il a réussi à battre l'illustre écrivain Mario Vargas Llosa à l'élection présidentielle de 1990. Au cours de ses dix ans au pouvoir, il s'est ensuite plutôt fait remarquer par ses actions autoritaires et sanglantes :

En 1992 , appuyé par l'armée, Fujimori dissout le Parlement et suspend la Constitution

En 1993 , il fait voter une nouvelle Constitution à sa convenance.

Mais la même année, il remporte une victoire décisive sur la guérilla maoïste Sendero Luminoso (le Sentier lumineux) grâce à l'arrestation de son chef et gourou, Abimael Guzman .

En 1995 , Alberto Fujimori est réélu dès le premier tour à la présidentielle.

En 2000 , il est encore réélu président car il a pris soin entre-temps de faire voter une loi qui permet un troisième mandat successif. Mais six mois après sa victoire, il est destitué par le Congrès pour corruption.

Il s'enfuit aussitôt au Japon. Ce n'est qu' en 2007 que le Chili, où il avait fait l'erreur de se rendre, va l'extrader vers le Pérou.

Le patriarche de retour chez lui, entouré de ses deux filles et deux fils :

Alberto Fujimori se repose désormais dans sa villa cossue du quartier de La Molina à Lima, au grand dam de nombreux Péruviens. Il était emprisonné notamment pour avoir ordonné des massacres dans des villages, commis par des escadrons de la mort durant les années 1991-1992.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet