Ils ont tous été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" : neuf hommes et une femme, membres d'un groupuscule violent d'extrême droite, qui ont été interpellés dans toute la France dans la nuit de samedi à dimanche.

Des mises en examen ont aussi été prononcées pour violation des lois sur les armes à feu et détention d'explosif en relation avec une entreprise terroriste.

Le chef de ce groupe nommé "Action des forces opérationnelles", un policier charentais à la retraite, a aussi travaillé comme colleur d'affiches pour le Front National en 2015.

Selon les enquêteurs ce groupe projetait des actions violentes ciblant des personnes de religion musulmane, imams ou simples pratiquants.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés