En France le changement de nom du Front national proposé par Marine Le Pen n'en finit plus de faire des vagues.
Dimanche, la présidente du FN a suggéré de rebaptiser son parti en 'Rassemblement national' afin de rompre avec le passé et convaincre de nouveaux électeurs.

Marine le Pen : " Ce nom doit être plus encore qu'un projet. Il doit être un cri de ralliement, un appel à nous rejoindre, lancé à tous ceux qui, comme nous, ont la France au coeur, à tous les Français, d'où qu'ils viennent, dès lors qu'ils veulent écrire une page d'histoire de notre pays, avec nous ."

Mais rapidement les médias et les réseaux sociaux ont rappelé que le nouveau nom du FN évoquait surtout le 'Rassemblement national populaire' un parti fasciste apparu en France durant l'occupation nazie.

Autre souci pour Marine Le Pen, le futur nom de son parti existe déjà : il a même été déposé en 2013 à l'Institut national de la propriété industrielle par un inconnu pour le compte d'un obscur parti politique. En cas de conflit, c'est la justice qui risque donc de devoir s'en mêler.

Enfin, le changement de nom annoncé ne passe pas non plus auprès des anciens du FN. A fortiori pour son créateur : lundi, Jean-Marie Le Pen a déclaré que l'abandon du nom Front national n'était rien d'autre qu'un "assassinat politique".

Avec Agences

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés