Figurant parmi les promesses de François Hollande, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace, doit être actée avant son départ de l'Elysée. Pour Yannick Jadot, invité ce lundi sur BFMTV et RMC, "ce qui est vraiment de l'enfumage et de l'escroquerie politique, c'est que la décision réelle de fermeture de Fessenheim est reportée après la fin de ce quinquennat". Le candidat EELV à la présidentielle a assuré que le chef de l'Etat avait "trompé les Françaises et les Français, là aussi il nous met en danger". Selon l'eurodéputé, Benoît Hamon, vainqueur de la primaire à gauche, ne "peut pas être le François Hollande de 2017" puisqu'il "doit rompre avec ces confusions et ces grands écarts insupportables".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés