Comment défendre ceux qui ont tenté de faire le jihad, ceux qui en sont revenus et d'autres qui sont passés à l'acte sur notre territoire ? Des journalistes de LCI ont rencontré trois avocats qui ne partagent pas le même point de vue. Si Joseph Breham a décidé d'arrêter de plaider ces dossiers, pour Martin Pradel, "c'est immoral" de les condamner sans les défendre. Selon lui, les jihadistes deviendraient alors des "victimes" de la société.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés