Le député-maire (LR) de Nice déclare sur le plateau du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ne pas comprendre pourquoi le gouvernement refuse d'accorder à la police de Nice le droit, "au même titre que la gendarmerie pendant les trois mois d'état d'urgence", de pouvoir contrôler les identités.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés