Les proches de Guillaume Molinet, décédé à Rennes en janvier lors de l'essai clinique d'une molécule du laboratoire Bial, ont soulevé vendredi une série de questions sur sa mort. Leur avocat, Me Jean-Christophe Coubris, a notamment pointé les liens, suspects selon lui, entre le laboratoire portugais et la fondation Bial, dont l'objectif est de prouver les phénomènes de parapsychologie comme la télépathie. Des recherches qui s'appuient justement sur un mécanisme cérébral engendré par la molécule incriminée.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés