Vidéo associée: 

Publié le 22/02/2018

Elle se déguise en homme pour vivre sa passion

Corps: 

Parce qu'elle est une femme et qu'en Iran c'est interdit, Zahra ne peut assister aux matchs de son équipe de football préférée. Elle aurait pu se lamenter mais Zahra s'est finalement décidée à se déguiser en homme pour vivre pleinement sa passion.

Elle s'est d'abord coupé les cheveux, puis s'est procuré une fausse barbe et des vêtements de sport suffisamment amples pour cacher sa féminité. Et cela a très bien fonctionné : Zahra a pu accéder au stade de football de Persepolis et assister à un match sans attirer l'attention.

La jeune femme a pris sa décision après le terrible tremblement de terre de novembre 2017 à Téhéran.

" Je me suis demandée : ' Pourquoi mourir dans un tremblement de terre et ne pas réaliser tes rêves? Pourquoi ne pas aller au stade?' Alors j'ai décidé d'y aller ."

Malgré les promesses de changement faites par les autorités iraniennes, en particulier par le gouvernement d'Hassan Rouhani, les femmes ne peuvent toujours pas se rendre dans les stades de foot en Iran. Les femmes peuvent certes suivre les matchs de football féminin, mais pas ceux des hommes.

Au total, Zahra a déjà assisté à deux matchs déguisée en garçon et dit qu'elle a bien l'intention de recommencer, même si cela pourrait lui causer des ennuis.

Même le sélectionneur du club de Persepolis FC, Karim Bagheri, l'a mise en garde. " Il m' a dit : C'est bien que tu aimes Persépolis, mais ne recommence pas. C'est dangereux ."

" Ma seule préoccupation était de savoir comment acheter un billet - c'était très difficile d'aller demander un billet, mais quand je suis passée et que j'ai vu le terrain, j'ai éclaté en larmes ", confesse la jeune femme à Euronews.

Pour ne pas se faire remarquer, la supportrice s'est résolue à garder le silence et à ne pas applaudir tout au long du match. Pour ne pas se faire remarquer, bien sûr, mais aussi parce qu'elle trouvait que les chants des supporters étaient vulgaires et impolis.

Mais Zohra n'a pas fait mystère de ses virées footballistiques. Des photos d'elle, où elle apparaît déguisée, ont été largement diffusées sur les médias sociaux, ce qui a permis au club de foot de Persepolis de se rendre compte de ce qu'elle faisait.

Désormais, chaque fois qu'il y a un match, le club appelle à l'avance pour voir si elle y assistera.

" Ils m'appellent pour m'empêcher d'entrer dans le stade ", reconnaît Zohra en riant. En Iran, les femmes luttent depuis quelques années pour que cessent les règles discriminatoires qui régissent leur participation aux matchs de football. La jeune activiste espère que son attitude permettra un jour à d'autres femmes d'accéder aux stades.
" Ignorer les souhaits d'une grande partie de la société simplement parce qu'il pourrait y avoir des problèmes futurs et dire que l'infrastructure n'est pas prête, est très cruel et une injustice ", souligne Zahra.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet