L'éditorialiste de BFMTV Christophe Barbier a estimé ce jeudi que la compétition des egos a été mise de côté pendant la campagne de Paris 2024, notamment entre Anne Hidalgo et Emmanuel Macron. "Les politiques ont compris que, pour être beaucoup vu dans l'esprit olympique, il fallait la jouer modeste", a-t-il lancé, estimant que "les Jeux ont créé une sorte de sanctuaire, un terrain sacré sur lequel on ne peut pas faire de politique politicienne". "Citius, altius, fortius, la devise des Jeux, c'est aussi valable pour la politique", a-t-il assuré.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés