Trois journalistes d'Al Jazeera sont toujours derrière les barreaux en Égypte, accusés d'avoir diffusé de "fausses nouvelles". Le Président égyptien a évoqué l'hypothèse d'une grâce. Mickaël Dos Santos, présenté par les médias comme le second bourreau français de l'Organisation État islamique, serait en réalité un syrien. Ce n'est donc pas le jeune homme originaire de la banlieue parisienne qui apparaîtrait sur les images des décapitations de 18 syriens et d'un américain.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés