Les États-Unis ne connaîtront donc pas de " shutdown ", c'est-à-dire de paralysie des administrations. Donald Trump a fait marche arrière. Non sans se plaindre amèrement du compromis élaboré par le Congrès entre sa majorité et l'opposition démocrate.

" Cette loi contient nombre d'éléments dont je ne suis pas satisfait ", a déclaré le président américain. " Mais nous étions d'une certaine manière forcés de la promulguer car nous voulons soutenir notre armée. Je dis ceci au Congrès : je ne signerai plus jamais une loi comme celle-ci. "

La loi de finances a été négociée pendant des semaines dans la douleur, chaque camp ayant dû céder sur la plupart de ses revendications.

D'un montant de près de 1 300 milliards de dollars, dont 700 pour la seule Défense, elle doit financer l'État fédéral jusqu'au 30 septembre.

En janvier dernier l'administration Trump avait vécu un " shutdown " de trois jours. Administrations, musées, lieux culturels publics avaient alors été fermés.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés