À Djibouti, près de la moitié des hommes consomment le khat, des feuilles à mâcher qui constituent une drogue aux effets proches de l'amphétamine. En moyenne, 40 % du budget des foyers y est consacré, un gouffre financier alors que le chômage touche une personne sur deux. Les effets du khat sur la santé en font également un vecteur de problèmes sanitaires et sociaux.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés