Jean-Marc Ayrault a lancé samedi une procédure de dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, un groupuscule d'extrême droite qui ne semble pas directement lié à la mort de Clément Méric mais que le gouvernement soupçonne d'être en passe de constituer "un groupe de combat". Les experts sont réservés quant à l'utilité de cette mesure.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés