C'est un coup de théâtre dans l'affaire des disparues de l'A6. Le meurtrier présumé a avoué le meurtre d'une jeune femme de 20 ans en 1996. Il a été confondu par son ADN 18 ans après les faits. L'acharnement de la famille de la victime a payé.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés