150 Syriens, réfugiés de guerre, ont débuté une grève de la faim devant le Parlement grec. Ils demandent au gouvernement de leur octroyer un permis de travail temporaire et le droit de se loger. Ils affirment être forcés de payer des prix exhorbitants au marché noir pour occuper des appartements sordides.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés