Vidéo associée: 

Publié le 19/12/2017

Dernier débat avant les élections catalanes

Corps: 

Les candidats indépendantistes et ceux qui défendent l'unité de l'Espagne se sont affrontés lundi soir lors d'un dernier débat télévisé, à 48 heures des élections régionales en Catalogne.

Les principaux leaders indépendantistes étaient absents. Oriol Junqueras est emprisonné, alors que Carles Puigdemont, l'ancien chef de l'exécutif est réfugié en Belgique.

"La meilleure alternative à la rupture, ce n'est pas l'immobilisme, mais le réformisme", a déclaré la candidate de Ciudadanos", défavorable à l'indépendance. "Ils n'ont pas réussi à donner de l'espoir et à communiquer. C'est pourquoi nous sommes dans cette situation ou nous les Catalans, souffrons le plus des conséquences, mais je suis convaincue que le 21 décembre nous pourrons mettre de côté le processus d'indépendance et commencer une nouvelle ère politique de réconciliation en Catalogne", a déclaré Ines Arrimadas, la leader de Ciutadans, la branche catalane de Ciudadanos.

Ciudadanos et le parti indépendantiste Esquerra Republicana sont en tête à égalité dans les sondages, mais aucune des deux formations ne semble en mesure de remporter une majorité absolue.

"L'état espagnol à une telle phobie de la démocratie, que lorsque nous l'exerçons, comme maintenant avec le processus électoral, ou le 1er octobre, il transforme complètement les règles du jeu. Il ne respecte pas les règles du jeu démocratique. C'est pourquoi aujourd'hui Oriol Junqueras ne peut pas être présent", a estimé Marta Rovira, la secrétaire générale d'Esquerra Republicana.

La numéro deux du gouvernement espagnol qui dirige la Catalogne depuis la tentative de sécession a qualifié le processus d'indépendance d'"épisode de déloyauté" envers les Catalans eux-mêmes.

Les indépendantistes ont suggéré que Madrid était prêt à manipuler le scrutin.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet