Une semaine après s'être trompé sur les chiffres concernant les professeurs, Nicolas Sarkozy a eu une passe d'arimes avec le journaliste Patrick Cohen. La raison ? Le nombre de migrants de Calais éligibles aux demandes d'asile.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés