Loin de faire bloc comme en 2002 contre le Front national, les syndicats ont célébré le 1er-Mai en ordre dispersé, tandis que des heurts ont éclaté en marge de la manifestation parisienne, faisant trois blessés dans les rangs de la police. Ces heurts sont-ils liés au contexte de l'élection présidentielle française, à six jours du deuxième tour ? Traduisent-ils un manque de fermeté du gouvernement ? Pourquoi les syndicats sont-ils divisés ? Quel rôle politique peuvent-ils encore jouer ?

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés