Les civelles ou alevins d'anguilles sont très prisés en Asie. Dans l'estuaire de la Loire, un véritable réseau de braconnage exporte à l'est une vingtaine de tonnes. Un business illégal qui est devenu le cauchemar des pêcheurs autorisés à le traquer. Ce poisson, mets de luxe qui peut se vendre jusqu'à 400 euros le kilo, est devenu au fil des années une espèce menacée.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés