Donald Trump va-t-il transférer l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem et reconnaître la ville sainte comme capitale d'Israël ? Il doit répondre à cette question déterminante cette semaine. Le gouvernement israélien fait pression en ce sens, mais les Palestiniens et la communauté internationale s'y opposent. Interrogé ce dimanche, son gendre et conseiller Jared Kushner n'a pas voulu s'avancer.

"Il étudie encore de nombreux éléments, et lorsqu'il prendra sa décision, c'est lui qui vous en informera, pas moi", s'est-il contenté de répondre.

La question du statut de Jérusalem est liée au processus de paix, qui est au point mort depuis des années. Dans la partie Est de la ville, annexée en 1967, certains ne mâchent pas leurs mots.

"On se fiche des foutaises de Trump, dit un homme. En tant qu'habitants de Jérusalem qui vivons sous l'occupation israélienne depuis 40 ans, rien ne changera pour nous."

"Il a attendu trop longtemps, estime un Israélien. Il aurait du faire ça immédiatement après être devenu président."

Les dirigeants palestiniens entendent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur État et mettent en garde contre une décision qui encouragerait "l'anarchie internationale".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés