Vidéo associée: 

Publié le 30/10/2017

Damas nie les accusations de recours au gaz sarin

Corps: 

La Syrie réfute les accusations d'un rapport transmis au conseil de sécurité de l'ONU. Ce document établi par les Nations unies et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques estime Damas responsable d'une attaque au gaz sarin qui a fait au moins 83 morts, dont 28 enfants, en avril dernier à Khan Cheikhoun, une ville tenue par l'opposition. Les enquêteurs n'ont pas pu se rendre sur place, mais des images de l'attaque montraient les victimes en état de suffocation, présentant les symptômes caractéristiques de ce type d'attaque.

'Aujourd'hui, nous poursuivons notre recherche en responsabilité', affirme Matthew Rycroft, ambassadeur britannique aux Nations Unies. 'Je demande à la Russie de se joindre à cet effort. La Russie et les membres du conseil de sécurité doivent désormais agir selon nos termes définis au chapitre sept, selon lesquels des mesures seront prises s'il est établi qu'une partie a utilisé des armes chimiques. Il est grand temps pour Moscou de lâcher Bachar al Assad. Il est grand temps que justice soit faite'

Le régime syrien soutient que les dommages seraient dûs à un obus rempli de sarin enfoui dans le sol. Moscou affirme de son côté qu'un bombardement a ciblé un entrepôt djihadiste, où était stockée la substance incriminée.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet