Le commissaire européen au Budget a incité les Italiens à voter selon les désirs des marchés financiers : une maladresse largement dénoncée, mais qui reflète pourtant la réalité de l'influence de l'économique sur le politique.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés