L'Italie a un gouvernement pro-européen mais il n'a pas de majorité pour gouverner. C'est le pari pris par Sergio Mattarella, le président italien en nommant un ancien économiste du FMI au poste de président du conseil. Un choix qui préserve à court terme l'engagement de l'Italie en faveur des politiques d'austérité préconisée par Bruxelles. Mais une sentence vécue comme un déni par tous ceux qui pensaient avoir remporté les dernières législatives.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés