L'analyse des deux boîtes noires, croisée avec des relevés sur les lieux du crash et l'expérience des enquêteurs, permet de "privilégier fortement" l'hypothèse d'un attentat à l'origine du crash de l'avion russe en Egypte, a annoncé vendredi une source proche de l'enquête.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés