Malgré de nouvelles informations récoltées par les boîtes noires, dont un bruit entendu à la dernière seconde de l'enregistrement, les autorités égyptiennes campent sur leurs positions et se refusent à donner précisément l'origine du crash. Le président du comité d'enquête égyptien Ayman al-Moukaddam a insisté dans une conférence de presse ce samedi que toutes les hypothèses étaient encore possibles, alors que celle d'une bombe dans l'avion se renforce de jour en jour.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés