"Il y a deux raisons : conserver des relations particulièrement fructueuses et proches avec Le Caire et ensuite assurer la pérénité des contrats d'armement" a déclaré Jean-Claude Galli, correspondant de LCI en Russie. Moscou refuse toujours de parler d'attentat, alors que Washington, Londres et Dublin pensent qu'une bombe est la cause du crash.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés