Une semaine après le crash d'un Metrojet dans le Sinaï égyptien, les ponts aériens vers la Russie et la Grande-Bretagne se poursuivent. Un coup dur pour le tourisme, pilier de l'économie de l'Egypte. Les voyagistes et les autres professionnels du secteur regrettent l'affolement provoqué par des décisions si soudaines.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés