Une semaine après le crash d'un Metrojet dans le Sinaï, qui a coûté la vie à 224 personnes, l'Égypte et la Russie se refusent toujours de confirmer la thèse de l'attentat. Néanmoins, au Royaume-Uni, Londres privilégie cette piste selon la presse. Catherine Jentile de Canecaude, correspondante de LCI en Grande-Bretagne, explique ce qui fait dire cela aux journaux outre-Manche.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés