Rue de Rennes, à Paris, jusqu'à la dernière minute les retardataires ont essayé de "se faufiler" rapporte Marlène Séguin de LCI. Beaucoup ont été surpris par les horaires de fermeture des magasins, bien plus tôt que d'habitude. Selon une vendeuse d'une enseigne culturelle, il est facile de les reconnaître : "Ils sont stressés, pressés, et n'ont pas d'idées".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés