En Côte d'Ivoire, l'été dernier, des milliers de planteurs illégaux de cacao ont été délogés du Mont Péko, à l'ouest du pays. La plupart ont depuis trouvé refuge dans les villages alentours, mais leurs conditions de vie restent précaires. Selon l'ONU, 24 000 personnes sont en situation d'urgence humanitaire. De nombreux planteurs, d'origine burkinabé, vivaient au Mont Péko depuis 2002. Ils avaient profité de la crise politique pour investir la forêt et y implanter des cultures de cacao.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés