Le fils et héritier désigné du président de Samsung est désormais considéré comme suspect dans la retentissante affaire de corruption qui agite la Corée du sud.
Lee Jae-Yong, patron de facto du groupe, va être interrogé demain, et pourrait être arrêté.

Corruption en Corée du Sud : des dirigeants de Samsung interrogés par la justice >> https://t.co/G00SPgg4gR par gregoirenormand pic.twitter.com/WpgHHHFMhb- LaTribune (LaTribune) 10 janvier 2017

Les perquisitions effectuées au siège de Samsung à Séoul ont alimenté les soupçons. Samsung aurait eu des liens avec Choi Soon-Sil, celle par qui le scandale est arrivé.

#instantané: Choi Soon-Sil, l'ancienne confidente de l'ombre de la présidente sud-coréenne, le premier jour de son procès à Séoul #AFP pic.twitter.com/ECtUyLkrXn- Agence France-Presse (@afpfr) 5 janvier 2017

Cette confidente de la présidente sud-coréenne est actuellement jugée pour avoir profité de ses relations avec la présidente Park pour soutirer des sommes astronomiques aux grands conglomérats sud-coréens, qui ont versé des millions de dollars à des fondations privées créées par Madame Choi.

Qui est Choi Soon-Sil, la 'Raspoutine' de la présidente sud-coréenne ? https://t.co/WHd57S5aug pic.twitter.com/MOwLHo4xJ4- LEVIF / L'EXPRESS (@LeVif) 29 octobre 2016

Samsung l'aurait soudoyée pour obtenir le feu vert du gouvernement à une fusion controversée en 2015.
Et pourrait s'en mordre les doigts, et rejoindre la liste de ceux qui sont mélés à ce scandale. Comme la présidente Park.
Le Parlement a voté début décembre sa destitution, pour collusion avec Madame Choi. La Cour constitutionnelle doit encore entériner ou non ce spectaculaire limogeage.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés