L'ancien président Nicolas Sarkozy a proposé de permettre aux employés d'autoroute "de constater les infractions" liées à la vitesse pour "libérer la police et la gendarmerie des tâches secondaires". Cette annonce ne convainc pas du tous les usagers comme ces automobilistes qui estiment que "chacun doit faire son métier" ou que "ce sont des métiers trop différents". Cette proposition de l'ancien chef de l'État a étonné les syndicats des sociétés d'autoroutes surtout dans un contexte de réduction d'effectifs. Même tonalité chez le syndicat de police Synergie Officiers pour qui les contrôles routiers relèvent des pouvoirs régaliens. Les sociétés d'autoroutes n'ont quant à elle fait aucun commentaire.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés