Publicité

Contenus sponsorisés

Après les intellectuels et les personnalités politiques, place à la grogne des enseignants ! Grande journée de mobilisation attendue ce mardi. En cause : le projet de réforme du collège. Une intersyndicale, composée d'organisations habituellement opposées, appelle les enseignants à descendre dans la rue. Une vingtaine de défilés sera organisée dans toute la France. Tous les syndicats n'ont pas les mêmes motivations. Le Snalc, FO, la CGT et Sud veulent le retrait de la réforme. Le Snes souhaite une reprise des discussions. L'un des principaux points de discorde : l'autonomie des chefs d'établissements. La réforme prévoit que chaque établissement décidera de 20% de son emploi du temps pour faire du travail en petits groupes, de l'accompagnement personnalisé pour tous et de nouveaux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Une mesure qui risque d'accroître les inégalités , juge Fréderic Rolet, porte-parole de SNES. Ce mouvement d'opposition à la réforme des collèges est soutenu par une majorité de français. Selon un sondage Odoxa, 6 français sur 10 approuvent la manifestation prévue ce mardi. Du côté du gouvernement, on resserre les rangs derrière la ministre de l'éducation Najat Vallaud- Belkacem , cible de toutes les attaques. Alors la réforme peut-elle vraiment améliorer le niveau des élèves ?
Arnaud Ardoin et ses invités en parlent ce soir dans " ça vous regarde ".

Invités :

Yves Durand, député PS du Nord

Philippe Gosselin, député UMP de la Manche

Frédérique Rolet, co-secrétaire générale et Porte-parole du SNES

François Durpaire, maître de conférences en sciences de l'éducation à l'université Cergy Pontoise, auteur de " la fin de l'école "

Question leJDD : "La réforme peut-elle améliorer le niveau des élèves ?"

Publicité